Des californiens à la Maison du berger

Accueil/Journal des alpages, Le journal des alpages/Des californiens à la Maison du berger

Des californiens à la Maison du berger

On pourrait les nommer bergère et fermier urbains modernes, Brittany Cole Bush et Guido Frosini, sont résolument engagés dans l’univers des pâturages.

Venus de la région nord de San Francisco en Californie, ils nous ont rendu visite à la Maison du berger, à l’occasion de leur « tour des acteurs du monde pastoral » de l’Espagne et de la France.

De sites dédiés au pastoralisme en écoles de berger, de rencontres en échanges, ils collectent un maximum d’informations dans l’objectif de créer une école de berger en Californie.

 

 

 

Pionnier d’une nouvelle vague d’éleveurs, Guido vit dans sa ferme familiale True Grass farm. Il travaille la terre en respectant les cycles naturels des sols, de l’herbe, du bétail. « Pour nous, dit il, tout commence par l’herbe. Nous nous engageons à maintenir des champs sains en adoptant un processus de pâturage rotatif qui dépend de la gestion d’un écosystème naturel. Ici, nous élevons des vaches, des brebis et des porcs sauvages. Nous nous efforçons d’établir une relation plus harmonieuse avec notre environnement afin d’offrir la meilleure source locale de viandes biologiques certifiées ».

 

 

 

 

 

 

Brittany, elle, garde les troupeaux de façon traditionnelle. Pourtant, elle est fermement ancrée dans le monde contemporain de l’entreprise, en créant des plans de financements participatifs et des collectifs  pour la promotion de la santé du sol. Parallèlement, elle fabrique des portefeuilles et des sacs en cuir. En créant la BCB SHEPHERDESS , elle conseille les organisme publics, les propriétaires fonciers privés et les éleveurs, pour le développement de programmes de gestion des terres. Utiliser l’élevage en tant qu’outil pour restaurer les paysages, conserver les écosystèmes de la flore et de la faune et faire reculer la végétation à risque d’incendie, telle est l’une de ses ambitions.

 

 

 

 

By | 2017-03-16T14:30:07+00:00 mars 14th, 2017|Journal des alpages, Le journal des alpages|0 commentaire